Maman Blonde » 👪 Famille » Maman épuisée, je pète un câble | novembre 2022

Maman épuisée, je pète un câble

Vous êtes une maman fatiguée ? Vous êtes à bout ? Vous n’êtes pas seul ! Premièrement, ce que vous ressentez est parfaitement normal. Il est vrai qu’avoir un enfant n’est pas facile et procure énormément de pression. Ensuite, j’ai rédigé quelques conseils à suivre pour s’en sortir.

Depuis peu, vous avez l’impression d’être à bout. Littéralement.

À chaque fois que vous ouvrez les yeux, c’est comme si vous faisiez un pas dans la gueule de Cerbère. Et le pire, c’est que vous avez du mal à mettre un mot précis sur les maux qui vous minent.

Vous êtes une maman épuisée. Vous êtes sur les rotules. Conjuguer votre vie de femme et celle de mère aspire la moindre goutte de votre énergie vitale.

La pression est telle que vous avez bientôt l’impression que vous allez craquer. Si vous voyez encore un seul jouet traîner au milieu du salon, seul Dieu sait ce qui risque de se passer…

Calmez-vous. Prenez le temps de souffler.

Même si la société prend plaisir à dépeindre la maternité comme une vie idyllique, les mamans aguerries savent qu’il n’en est rien. Ce que vous ressentez est parfaitement normal. Et même Mary Poppins, la nourrice ultime, s’est déjà retrouvée dans le creux de la vague.

Heureusement, il suffit de quelques conseils pour s’en sortir.

Reconnaître votre mal-être

Est-ce que vous avez déjà lu les programmes des cures de désintoxication ? Peu importe l’addiction, la première étape est toujours de reconnaître que vous avez un problème. Toujours. Il en est de même de l’épuisement maternel.

N’ayez pas honte de vous regarder dans le miroir et de dire « je suis fatiguée ». Il n’y a rien de mal à être une maman épuisée.

Cela ne fait pas de vous une mauvaise mère. C’est juste la preuve que vous êtes humaine.

Et comme tous les êtres faits de chair et de sang, parfois, vous avez besoin de recharger vos batteries. Si vous lisez ces lignes, c’est que votre corps vous rappelle à l’ordre depuis déjà très longtemps. Mais têtue comme une mule, vous continuez de foncer dans le mur en espérant qu’il se transforme en mousse au moment de l’impact.

Est-ce que vous…

  • … êtes en permanence fatiguée (même au lever du lit) ?
  • … avez la sensation qu’un rouleau compresseur vous est passé dessus peu importe le moment de la journée ?
  • … êtes en permanence sous tension ?
  • … avez la sensation d’être au bout, émotionnellement parlant ?
  • … avez l’impression de porter le poids du monde sur vos épaules ?

Ce sont autant de signes qui montrent que vous êtes sur le point de craquer.

Ce sont autant de manifestations de votre psyché et de votre corps pour vous inciter à ralentir un peu.

En tant que maman, vous avez cette envie naturelle d’être au four et au moulin. C’est plus fort que vous. Vous désirez que tout soit parfait pour vos anges. Mais attendez une seconde.

Juste une seconde, posez-vous une question : vos enfants peuvent-ils être heureux si leur maman ne l’est pas ?

Bien sûr que non. De fait, prendre soin de vous revient à vous occuper d’eux. Et c’est ça le rôle d’une maman.

Cesser de s’auto-flageller

Ok.

Vous êtes une maman épuisée et en avez déjà conscience.

Cependant, il y a un autre vice dont il faut absolument vous détacher pour aller mieux : la culpabilité.

La culpabilité, c’est quand vous vous en voulez parce que votre voisine est toujours impeccable malgré ses cinq enfants. C’est quand vous regardez la maison bien rangée d’Annelise et faites une comparaison négative avec la vôtre.

Stop !

Ces comparaisons malsaines ne vous aident absolument pas. Pire encore : elles contribuent à vous maintenir dans l’épuisement.

Étant donné que vous êtes en compétition avec le reste du monde, vous avez toujours l’envie d’en faire plus. Sauf que… physiquement… votre corps et votre mental ont des limites.

Imaginez un instant si vous arrêtiez de vous comparer et de vous accabler.

Ressentez-vous cette quiétude qui s’est soudain emparée de vous ? C’est l’émotion qui domine une fois que la culpabilité a été balancée aux orties.

Il faut le répéter encore une fois : avoir envie de péter un câble en tant que maman ne signifie pas que quelque chose cloche. Et surtout, c’est un sentiment tout à fait normal.

Malgré sa mise en beauté impeccable, votre voisine fait sans doute face à des soucis. Idem pour Annelise. N’oubliez pas que l’on ne voit des autres que s’ils veuillent bien laisser paraître. En vous comparant à votre entourage, en fait, vous luttez contre des chimères. C’est un combat voué à l’échec dont vous sortirez forcément perdante.

Suivre le rythme naturel de son corps

Votre corps vous parle. Mieux que quiconque, il sait quand vous avez besoin de repos ou êtes au pic de votre vitalité. Prenez donc l’habitude de l’écouter.

Dès que vous avez un moment de silence, réfléchissez sur ce qui rend votre quotidien aussi épuisant. Est-ce que c’est le fait de faire toutes les tâches ménagères seule ? Dans ce cas, papa et même les enfants les plus grands pourraient aider. Est-ce lié à une situation difficile au boulot ? Confiez-vous à un mentor plus expérimenté qui saura vous aider à voir le bout du tunnel.

Le tout est d’éviter d’accumuler les problèmes. Essayez de voir exactement ce qui ne va pas et mettez rapidement en place pour désengorger la situation.

Adoptez la même philosophie concernant l’organisation de vos journées. Demandez à n’importe quelle maman et elle vous dira qu’il y a un moment de la journée où la tension est à son comble. Pour certaines, c’est le matin quand il faut jongler entre les réveils et les départs à l’école. Pour d’autres, c’est le soir quand elles essaient de faire leurs devoirs aux enfants tout en soufflant un peu.

Et vous, quel est votre moment crispant ?

Là encore, l’objectif est de l’identifier et de mettre en place une routine qui évite l’effet boule de neige.

Supposions que c’est le matin que la maison s’emplit de cris. Pour éviter que cela ne se transforme en capharnaüm, peut-être pourriez-vous choisir les vêtements et faire les sacs la veille ? Ainsi, cela vous enlève deux épines dans le pied.

Sont-ce plutôt les soirées qui sont complexes ? Là encore, il y a une solution. Un soir sur deux, laissez votre conjoint laver les enfants. Ou alors, apprenez aux plus jeunes à faire la table.

Vous n’avez pas à tout porter sur vos frêles épaules. À force de vous prendre pour Hercule, vous risquez fort d’avoir un burn-out. Acceptez de ne pas être parfaite et déléguez une partie des tâches à votre entourage.

Prendre du temps pour soi

Oui, vous le méritez.

Non, vous n’avez pas à avoir honte de vouloir passer du temps loin de vos enfants.

Un weekend par mois, envoyez-les chez leurs grands-parents pour souffler un peu. À un rythme régulier, rendez-vous dans un institut de beauté pour vous faire chouchouter. Mieux encore… profitez de ce temps libre pour raviver la flamme de votre couple. Dîner aux chandelles, sorties au restaurant, escapades romantiques en forêt, … Une seule règle : ne pas parler des enfants.

Pour les mamans, surtout les mères poules, il peut être très difficile de se séparer de leurs enfants ne serait-ce que quelques heures. Et pourtant, cela fait un bien fou et permet de rester au meilleur de sa forme.

Vous êtes épuisée. C’est le signe qu’il faut faire un break dans votre vie de maman. Essayez, vous ne le regretterez pas.

5/5 - (2 votes)

Auteur de l'article - Rachel MB

Vous voulez en savoir un peu plus sur moi ? Pour faire une présentation simple, dans la vie j'ai 2 passions. Premièrement, il s'agit de mes enfants que j'aime de tous mon coeurs. Deuxièmement, depuis ma tendre enfance, écrire est véritable une vocation pour moi. Alors, quoi de plus normale que d'ouvrir un blog dédié à la famille ?!

1 Partages
Enregistrer